« Soutenir la réouverture des restaurants et cafetiers en leur permettant d’occuper l’espace public »

La fin du confinement approche, mais l’incertitude demeure pour nos restaurateurs et cafetiers privés encore à ce jour de toute visibilité.
Victime de plus d’un an de mouvement « Gilets jaunes » qui a fortement impacté leur activité, acteurs économiques et sociaux majeurs, tant par leur poids économique que par leur rôle de création de lien social, les restaurateurs cafetiers sont à un tournant décisif pour la survie de leur activité.

Des mesures économiques apparaissent comme incontournables pour accompagner cette profession, mais des solutions pratiques existent afin de répondre aux défis à venir.

Si la sécurité des collaborateurs et des clients reste la priorité de tout entrepreneur au moment de cette réouverture, celle-ci ne pourra se faire en faisant fi des règles économiques de bon sens.

Les professionnels du secteur privés de près de 2/3 de leur capacité d’accueil.
Ainsi les mesures de distanciation bien qu’indispensables, priveront naturellement la capacité d’accueil des restaurateurs, hôteliers et cafetiers. Donnée indispensable pour envisager une reprise sereine de l’activité et maintenir le niveau de l’emploi de ces professions.
Ainsi qui peut croire que nos restaurateurs, cafetiers, pourront pérenniser leur activité avec comme pour seule perspective, l’augmentation des coûts liés aux mesures de protection et un chiffre d’affaire strictement amputé par sa capacité d’accueil ?

Une mesure qui ne coûte rien aux collectivités
La CPME 31 propose la mise à disposition temporaire des espaces publics à proximité des établissements afin de maintenir leur capacité d’accueil. A l’instar d’actions menées dans d’autres villes européennes, cette initiative pourrait contribuer à préserver l’emploi et maintenir l’activité d’un grand nombre d’établissements lourdement impactés.

Apprendre à vivre autrement
Personne ne peut prédire la sortie de crise, il est urgent de définir des règles qui permettront en toute sécurité de dynamiser le commerce de proximité …. L’enjeu n’est autre que la survie des commerces du centre-ville et de nos quartiers.

Quels espaces publics ?
Etant donné les contraintes prioritaires de sécurité, de circulation des véhicules, d’accès et de tranquillité des riverains, cette occupation du domaine public devra être strictement encadrée et doit donner lieu à une liste exhaustive relative aux contraintes évoquées.

Plusieurs pistes et règles pourraient être envisageables :
– Possibilité d’étendre son espace d’accueil extérieur à hauteur des places perdues : extension temporaire des terrasses existantes et autorisation exceptionnelle pour ceux qui n’en possèdent pas. – Création d’une restauration aérée avec l’occupation des places publiques et des espaces verts (Prairie des filtres, Saint Georges, Place du Capitole …) Ce dispositif s’envisage sur l’ensemble du territoire afin de permettre à ces commerces de proximité de maintenir le lien social, élément indispensable pour lutter face à cette crise sans précédent.